Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Mes hôtes à St Alban.
Mes hôtes à St Alban.

La pensée du jour de ce 17 mai 2015 est de Gilbert Cesbron : « Qu’est-ce que réussir ? Remplir son contrat avec la société s’appelle la réussite ; avec les siens le bonheur ; avec Dieu la sainteté. »

Après un petit-déjeuner copieux, Edith et moi prenons la route pour notre prochaine destination qui doit nous faire tout d’abord traverser le Rhône pour passer dans le département de la Loire. Cela est fait par le franchissement du pont de Valencize C’est venteux et il est préférable de se tenir à la barre du pont.

La traversée du Rhône
La traversée du Rhône

A Chavanay, après avoir retiré quelques ressources financières, je retrouve en ville Edith et le couple de jeunes Suisses rencontré vers Allemane. Chavanay est une cité vinicole de Côtes du Rhône où la spécificité est que le raison pousse sur des terrasses de culture avec de nombreuses pierres sèches.

Nous entamons la montée vers la chapelle du Calvaire restaurée depuis quelques années. Le panorama sur les petites cités environnantes et le Rhône est magnifique sous un soleil hésitant. C’est maintenant la descente en direction de Bessey. Entretemps, je me suis retrouvé tout seul, le jeune couple ayant tracé sa route, Edith étant derrière. Je rencontre un couple de personnes d’un certain âge avec un gros chien. L’homme, un Alsacien, porte une bouteille d’oxygène dans son sac à dos relié à un tuyau pour lui permettre de respirer. Nous parlons des difficultés du chemin, et me dit à quel point, le fait de marcher lui fait du bien. Je dois dire que j’en suis impressionné.

La chapelle de Chavanay.
La chapelle de Chavanay.

Dans une descente rapide pierreuse, je suis croisé par un couple de vététistes. Les vergers ont maintenant remplacés les vignes. C’est alors que j’aperçois au loin Édith qui marche à grands pas. Je ralentis ma marche pour qu’elle me rejoigne. Ainsi nous continuons ensemble. Près de Saint-Appolinard, une vieille dame nous propose de l’eau. Ma cheville gauche étant très gonflée, elle me propose de la faire tremper dans une bassine d’eau bien fraiche. Cela me fait beaucoup de bien. Comme nous sommes dimanche, il n’est pas possible d’avoir des provisions de bouche. Généreusement, elle revient nous donner à chacun un morceau de pain. Qui a dit que les gens n’étaient pas généreux ?

Chavanay vu du haut.
Chavanay vu du haut.

C’est maintenant la montée vers la Croix de Sainte-Blandine, près de 300 mètres de dénivelé positif. Le soleil brille et il fait chaud. Alors qu’Édith grimpe facilement, je suis un petit peu à la traine. Bientôt un couple de gens d’une quarantaine d’années arrive et stoppe à mon niveau. Ils ne font que l’aller et retour vers le col. Nous échangeons sur Compostelle. La femme sort du sac un paquet de gâteau qu’elle m’offre. C’est le jour… Je vais le partager avec Sabine devant le gite où elle avait décidé d’arrêter. En effet, les accueils jacquaires du cru ne répondent pas ou refusent de l’accueillir. Quelle rigidité pour des accueillants !!!

Sur la route...
Sur la route...

Personnellement, je vais continuer jusqu’à Bourg-Argental malgré la taille de ma cheville. Je téléphone chez Christiane et Jean-Paul qui doivent m’accueillir. Mes hôtes acceptent de venir me chercher à Saint-Julien et d’accueillir Édith. Celle-ci change donc ses projets, et de concert nous reprenons la route.

Sur la route, nous rencontrons Jean-Paul qui a déjà récupéré une jeune Suissesse en difficulté, Andréa. Nous passerons une très bonne soirée avec des personnes très engagées dans la relation à l’autre. Un moment d’une grande qualité.

A suivre… Bourguignon la Passion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article