Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

en forêt de Montfaucon...
en forêt de Montfaucon...

Ma pensée de ce 18 mai 2015 sera de Bertrand Vergely : « Il y a des larmes plus douloureuses que celles que l’on pleure ; ce sont celles que l’on n’arrive pas à pleurer. »

Je suis dans une grande interrogation ce matin car le 20 mai, soit dans 3 jours de marche, je dois prendre mon poste d’hospitalier au Puy-en-Velay. Il me reste environ 90 km à parcourir. Cela est bien sur faisable en temps normal, mais je dois tenir compte de cette fichue cheville gauche enflée et qu’il ne faut pas me mettre en difficulté pour la suite de mon cheminement.

Un chemin touffu
Un chemin touffu

Aussi, je décide de rejoindre Maufaucon en stop, soit à environ une trentaine de kilomètres.

Jean-Paul m’amène sur le bord de la route nationale, et quelques minutes plus tard, je suis pris en charge par un jeune homme dont les parents ont fait Saint-Jacques-de-Compostelle. Une vraie chance. Il ne va pas jusqu’à ma destination prévue, mais fait un détour pour me laisser à Dunières, à 6 km de Montfaucon-en-Velay.

La petite Papeterie
La petite Papeterie

Là, je monte la longue côte face aux voitures. Presque à l’entrée de la ville, un minibus s’arrête et m’amène en centre-ville à l’endroit où passe le chemin de Compostelle. Je fais connaissance d’un couple de pèlerins. J’entame maintenant la voie vers Tence. Je passe à la fois sur des petites routes, des chemins herbeux ou de terre tout en traversant des hameaux. A la petite Papeterie, je découvre l’histoire parfois de lieu.

Un stéle en l'honneur de déportés
Un stéle en l'honneur de déportés

En arrivant à Tence, un jeune à la fenêtre m’envoie un grand bonjour auquel je réponds. Nous échangeons et sa compagne m’invite à manger. J’accepte avec joie et nous partageons durant une bonne heure pizza et purée. Elsa et Eric sont des jeunes qui viennent de terminer leur apprentissage de bourrelier à Decazeville (une cité du chemin) et qui sont venus passer quelques jours ici. Elsa a terminé seconde du concours départemental de meilleur apprenti.

Chez Ninou...
Chez Ninou...

Joyeux, je reprends la route qui doit me mener à Saint-Jeures où je dois me reposer ce soir au gite d’étapes. Hélas, celui-ci est fermé depuis décembre dernier (la brochure n’est pas à jour). Je suis fatigué par ces 26 km effectués. Finalement, Gilbert, le mari de Ninou, l’accueil jacquaire d’Araules, vient me chercher. Je vais y passer une très bonne soirée en compagnie du couple rencontré à Montfaucon et d’un Autrichien, Christophe. Très belle discussion sur le déisme et les théismes.

A suivre… Bourguignon la Passion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article