Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Chez Ninou...
Chez Ninou...

Ma pensée du matin sera un proverbe indien : « On ne peut comprendre l’autre qu’en marchant deux kilomètres dans ses mocassins. »

Après un très bon sommeil pris dans une chambre confortable, et un petit-déjeuner copieux, je reprends la route pour mon avant-dernière étape de ce Genève-Le Puy avant mon arrêt de 11 jours pour accueillir à mon tour des pèlerins et des cheminants. Après quelques montées pierreuses ou sur goudron, je découvre au bout de quelques kilomètres des paysages d’une grande beauté. Nous sommes dans le pays du Meygal.

Un couple étonnant...
Un couple étonnant...

Après quelques montées pierreuses ou sur goudron, je découvre au bout de quelques kilomètres des paysages d’une grande beauté. Nous sommes dans le pays du Meygal. Je passe non loin du village de Queyrieres situé à 1 200 mètres d’altitude qui s’étend devant une butte balsamique. Sur celle-ci existait au XIe siècle un château aujourd’hui disparu. Il est vrai que les temps ont changé.

Eglise de Monedeyres
Eglise de Monedeyres

Au village de Monedeyres, je prends un peu de repos près de l’église. Du moins, je le crois. Mais en fait, il s’agit d’une fausse église utilisée aujourd’hui comme salle des fêtes. Pour quelle raison ? Rattachés à la paroisse de Queyrières, les habitants considérèrent que ce village était trop éloigné du leur. Aussi, ils décidèrent en 1887 de construire leur propre église. Bien que terminée en 1914, celle-ci ne fut jamais consacrée par les autorités religieuses.

Queyrrieres...
Queyrrieres...

Cette histoire singulière a inspiré Jules Romains dans sa pièce Cromedeyre le Vieil. Autre spécificité de cette région, la maison de la Béate. La Béate était une sorte de « religieuse laïque » qui se dévouait à la population. On se réunissait en assemblée dans sa maison, et les enfants y recevaient la catéchèse, l’apprentissage du calcul et de la lecture.

Je descends maintenant vers la Combe noire et franchit les ruisseaux de Neyzac et de la Sumène.

Moulin des Guérins
Moulin des Guérins

Ces lieux situés sur des rivières-gaves étaient propices à l’édification de moulins à rodet. Celui en photo en est l’exemple et porte le nom de ses propriétaires, le moulin Guérin. Avec la force de l’eau, ils permettaient de moudre le blé et les céréales, et ils procuraient un revenu appréciable.

Eglise Saint-Pierre-Eynac.
Eglise Saint-Pierre-Eynac.

C’est maintenant l’arrivée à St-Julien-Chapteuil, une petite cité de 2 000 habitants. J’y fais halte pour manger un sandwich avec du jambon local. Le circuit nous fait passer dans un quartier qui fait de nombreuses références à Jules Romains. A l’intérieur de l’église romane du XIIe siècle restaurée au XIXe siècle, une chapelle est dédiée à saint Jacques.

Gite de la Fontaine
Gite de la Fontaine

Reprise de la route pour une longue montée vers Saint-Pierre-Eynac où je vais passer la nuit. A l’entrée du village, je découvre une très ancienne église romane du XIe siècle bâtie par des moines de La Chaise-Dieu. Une chapelle est consacrée à un abbé local dénommé Perbet qui fut tué par les gardes nationaux. Les habitants lui attribuent de nombreuses guérisons.

Il est très tôt lorsque j’arrive au gite. L’étape fut courte. Les pèlerins rencontrés chez Ninou, lors de l’étape précédente me rejoignent plus tard, et nous prendrons le repas du soir ensemble.

A suivre… Bourguignon la Passion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article