Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Aqueduc Saint-Clément.
Aqueduc Saint-Clément.

18 juin, une date historique de la dernière guerre mondiale, l’appel de Charles de Gaule contre la terreur nazie. Après deux jours d’arrêt, il est préférable de repartir molto molo comme l’on dit populairement. J’aurais pu prendre le tram et le bus, économisant 9 km jusqu’à Grabels. Et faire une seule étape de 35 km jusqu’à Saint-Guilhem-le-Désert. Mais c’est un peu trop raide pour moi. Donc, le découpage en deux étapes de 22 km me va bien.

Au sein du Conseil départemental.
Au sein du Conseil départemental.

La sortie du centre de Montpellier s’effectue par la place royale du Peyrou qui sert d’écran à la statue équestre de Louis XIV. Puis, en descendant à l’aqueduc Saint-Clément. L’ingénieur Pitot de Launay s’inspira du pont du Gard en 1754 pour le construire. Il permit l’arrivée de l’eau potable en provenance de Saint-Clément.

Jusqu’à la pharaonique réalisation du Conseil départemental de l’Hérault, son tracé va me servir de fil conducteur.

La sortie du Conseil.
La sortie du Conseil.

D’ailleurs, le chemin de Compostelle traverse les très beaux jardins et plan d’eau de cette réalisation. Puis, c’est la sortie des locaux du Conseil. Malgré mon bonjour, le pandore de service ne me répond pas et me regarde comme si j’étais un extra-terrestre. Peut-être suis-je malvenu de passer en ces lieux ?

Un beau chemin...
Un beau chemin...

Je quitte vraiment Montpellier par un chemin très sympathique, puis le long d’un tram (cela l’est moins). Et après quelques recherches de balisage, j’arrive enfant à Grabels. La petite cité est nettement plus accueillante que la grande, impersonnelle et facteur d’individualisme. Près du presbytère, je peux même tamponner ma creantiale.

Dans la garrigue...
Dans la garrigue...

Par une montée assez raide, c’est l’arrivée dans la garrigue. Pensez par là un terrain où la végétation est composée de nombreux arbustes de petite taille, le tout étant très pierreux. Il fait très chaud, et je manque d’eau. Une balise rouge et blanche me dirige vers un petit groupe de maison. Là, un ouvrier répare les bords d’une piscine. Je peux recharger ma poche à eau avec l’accord de Mado, la propriétaire des lieux. Et je retourne en arrière accompagné d’un vieux monsieur. Je remets en place la pierre à la trace défaillante.

Le grand-père et le petit-fils.
Le grand-père et le petit-fils.

C’est l’arrivée à Montarnaud. Au café, je bois un grand coca bien glacé. Je l’ai bien mérité sous cette canicule qui n’en finit pas. Y laissant mon sac, je vais y faire mes courses à l’Utile le bien-nommé pour le soir et la journée de demain.

A la sortie du bourg, je trouve enfin « Le Temps d’une Pause », un gite le bienvenu. Mon hôtesse m’offre une boisson et m’installe dans un gite confortable. Je peux même utiliser la piscine si je veux, ce que je fis modérément. Il est vrai que la propriétaire fait aussi chambre d’hôte. Un de ses clients accompagné de son petit-fils a dessiné cette gravure. Tiens, cela me rappelle de bons souvenirs avec le mien, Yohan.

A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article