Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Montée raide à Bousquet.
Montée raide à Bousquet.

Comme je le pressentais, dès le départ, je vois Julie et Stéphane accélérer le pas car le début est assez rude. Je profite d’une discussion avec un homme du pays pour ralentir le pas et les laisser s’envoler. Je ne les reverrais plus. Bon voyage, amis randonneurs. Je ne sais s’ils deviendront pèlerins à leur retour.

En pleine montagne.
En pleine montagne.

La montée est rude à flanc de coteau, le sentier chemine au milieu des fougères, ronces, blocs de pierres si bien que je me demande à plusieurs reprises si je suis bien sur le tracé voulu par les baliseurs. Heureusement, à plusieurs reprises, les marques rouge et blanche me rassurent et même m’engagent à continuer dans cette direction.

Autre sentier.
Autre sentier.

J’atteins maintenant un sentier qui serpente dans la montagne. Il me faut faire très attention car c’est sur un chemin identique que j’ai chu l’an dernier. Ce souvenir est toujours présent à mon esprit et m’engage à la prudence. J’éprouve encore une certaine peur qui me fait ralentir mon pas. Prudence est mère de sureté nous dit le proverbe populaire.

Cette montagne est changeante avec ses montées, ses descentes, ses vallons...Cette montagne est changeante avec ses montées, ses descentes, ses vallons...Cette montagne est changeante avec ses montées, ses descentes, ses vallons...

Cette montagne est changeante avec ses montées, ses descentes, ses vallons...

Le pélerin sur le chemin
Le pélerin sur le chemin

Désormais, je suis sur un large chemin de terre permettant aux pompiers de passer. Je peux sans peine accélérer mon pas. La montagne autour de moi est fabuleuse, et pour vous, je vous en laisse quelques traces.

Après une bonne vingtaine de kilomètres où j’ai été seul, j’arrive à Mècle où se trouve un Gite d’étape au nom prometteur des Amoureux du Chemin. J’hésite à m’y arrêter car je suis en retard sur mon petit planning prévisionnel. Finalement, j’en ai encore dans les jambes, et je décide de pousser quelques kilomètres plus loin le périple de ma journée. Ce fut pour Saint-Gervais-sur-Mare.

Saint-Gervais-sur-Mare
Saint-Gervais-sur-Mare

Avec la canicule, il n’y a personne dans les rues. Tout le monde s’est enfermé. Je me dis que j’aurais peut-être dû rester à Mècle au milieu de la verdure. Regret idiot puisque je ne retournerais pas en arrière. J’ai du mal à trouver un gite. En effet, j’ai vu arriver une quinzaine de cyclotouristes qui se sont dirigés comme une nuée de moineaux vers le gite municipal. Je n’ai pas envie de me retrouver au milieu d’une telle foule braillarde à les voir s’interpeler entre eux.

Pont des Trois-Dents.
Pont des Trois-Dents.

A la Maison cévenole qui fait office de tourisme, le vieux monsieur présent me renvoie vers le gite de Michel situé non loin de là. Ce fut un bon choix car Michel est très accueillant, et je suis seul. Ayant la Wi-Fi, j’en profite pour envoyer un article, je ne sais plus lequel.

J’en profite pour visiter cette petite cité aux rues très étroites, la chapelle des pénitents blancs, le vieux quartier du château, et même assister à une partie de boules en buvant une bière achetée à la petite épicerie du coin.

La porte du gite.
La porte du gite.

Le soir, je partage le repas de Michel et de son épouse. Nous échangeons longuement sur la qualité du bois à mettre dans la cheminée, son temps de séchage, les inondations que la population locale a subi en septembre dernier et de tant de choses dont je n’avais aucune connaissance.

J’en tire une leçon profitable : il faut savoir écouter même si parfois ce n’est pas très compréhensible, questionner à bon escient pour permettre à l’autre de s’exprimer, être attentif pour reconnaitre cet autre dans sa diversité. Tout cela pour apprendre en toute humilité et avoir de la considération.

Le soir, le soleil est rouge vu de ma fenêtre. Il est temps d’aller dormir.

A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Des rues médiévales étroites,  la chapelle des Pénitents, un soleil couchant rougeoyant...Des rues médiévales étroites,  la chapelle des Pénitents, un soleil couchant rougeoyant...Des rues médiévales étroites,  la chapelle des Pénitents, un soleil couchant rougeoyant...

Des rues médiévales étroites, la chapelle des Pénitents, un soleil couchant rougeoyant...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article