Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Paysage lunaire.
Paysage lunaire.

Normalement dans trois jours, nous serons à la fin de la voie d’Arles. Je ne sais toujours pas si je vais continuer sur le Camino Frances jusqu’à Leon puis rejoindre Oviedo ou si je quitte Puenta-la-Reina pour Irun ou San Sebastian. J’ai peur de retrouver sur le Frances la foule, et cela, je la fuis. D’un autre côté, c’est aussi l’occasion de rencontres qui peuvent être fructueuses.

Paysage de film.
Paysage de film.

En fait, la journée va mal commencer. Thierry, à cinq heures du matin, va commencer à faire son sac en faisant beaucoup de bruit. Au petit-déjeuner, il m’a reproché d’avoir ronflé toute la nuit. Bref, l’ambiance était un peu électrique, bien loin de celle d’hier. Comme quoi, les jours peuvent se suivre et ne pas se remplacer.

Paysage de la meseta.
Paysage de la meseta.

Les paysages traversés sont lunaires, ressemblant à bien des égards à la Meseta. Du soleil, pas d’ombre bien qu’hier soir, le tonnerre se soit mis à gronder. On a cru que la pluie allait faire son apparition. Que nenni… Des paysages qui font penser aussi aux films de Sergio Leone, vous savez, le roi des westerns-spaghettis.

Passage parfois dans un bois.
Passage parfois dans un bois.

Parfois, il y a des passages dans des petits chemins peu entretenus, où l’on se fait griffer par des épines. Bientôt, je double Nicolas, puis plus loin, le couple de jeunes Italiens partis trente minutes plus tôt. Je suis doublé par le couple d’Irlandais à la marche saccadée. Bref, le quotidien… Quant à Colette, Kio, Thierry, Bruno… Je ne les verrais pas durant ce parcours.

Ermitage sous couverture.
Ermitage sous couverture.

Je me posais la question de savoir si j’allais quitter ce groupe. La réponse vint d’elle-même, naturelle. Oui, à la fin prévue de cette étape à Ruesta, je continuerai jusqu’au prochain gite.

A l’approche du barrage de Yesa, de nombreux camions circulent transportant des matériaux. Nous sommes dans un chantier important pour cette région. Si bien, que le chemin est détourné. Après avoir entr’aperçu un ancien ermitage protégé par un toit de tôle, j’arrive au détour d’un virage au village de Ruesta.

Ruesta - un village abandonné.
Ruesta - un village abandonné.

Un village fantôme, abandonné depuis 1959, repris par le syndicat CGT local qui souhaite le faire revivre alors que les habitants ont vu leurs terres recouvertes par quarante mètres d’eau. Un moyen peut-être pour lutter contre l’abandon de cette région qui serait noyé par les eaux du barrage hydro-électrique ?

En arrivant, je bois du c… eh oui, encore, que je paie puisque je ne reste pas dormir. Pour les pèlerins, c’est gratos. Une autre façon de voir l’économie. Ceux qui y ont dormi m’ont dit y avoir fait une belle expérience.

Ermitage sensé être noyé.
Ermitage sensé être noyé.

Je continue donc vers Undues situé à douze kilomètres. C’est d’abord une longue montée de neuf kilomètres avec un dénivelé de trois cent cinquante mètres. Puis après le plateau, la vue de ce petit village situé sur les hauteurs. Pour y accéder, le cheminement se fait par un chemin de pierres, un chemin de croix…

Un village haut perché.
Un village haut perché.

Alors que je me reposais dans l’albergue moderne, voilà qu’arrive Colette. Décidément, je ne peux pas être seul. Nous prendrons notre repas en commun avec Clara, un Italienne dont les pieds sont en mauvais état. Ce sera la dernière fois que je verrais Colette.

A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Colette 26/07/2015 22:45

Tu n'étais pas le seul à avoir envie de solitude...

Alain 27/07/2015 17:17

Je sais Colette, tu étais dans le même cas que moi. Le but d'un blog au quotidien est de laisser passer, ses questionnements. Le fait d'être peut-être un solitaire fait partie de ma personnalité. Nous en avons parlé librement. Amicalement. Alain

Colette 27/07/2015 13:02

Bon Camino