Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Lisbonne - la station de bus.
Lisbonne - la station de bus.

Fatima, voilà un lieu important de la spiritualité mariale. Chaque année, cinq millions de pèlerins de cent quarante pays s’y rendent pour visiter et prier au sanctuaire portugais.

Je prends le bus à Lisbonne qui doit me mener à Fatima. Alors que je m’apprête à monter dans le bus, je m’aperçois que j’ai oublié mon bâton, celui offert par Jean-Charles. Je cours littéralement pour le retrouver, et miracle ( ?) ; il est là où je l’avais laissé. Ouf ! Heureusement, je m’en voudrais de l’avoir perdu. J’arrive une minute avant le départ du bus 47. Et je récupère la dernière place disponible, au fond du car. Je me retrouve coincé entre le bord du car et une brave dame forte. Bref, j’ai eu hâte d’arriver après plus d’une heure de transport.

Les trois jeunes pastoureaux.
Les trois jeunes pastoureaux.

Si je me rends au sanctuaire de Fatima, ce n’est pas dû au hasard même si ce lieu spirituel est forcément important pour ceux qui sont croyants. En effet, vers 1917 à Fatima, Lucia de Santos (10 ans - qui devenue sœur Lucie décéda en 2005) et ses cousins, Francisco (9 ans) et Jacinta Marto (7 ans) reçurent trois secrets issues de visions. Le premier secret concerne la révélation de l'enfer, et il a été révélé le 31 août 1941. Le second secret concerne la dévotion réparatrice au cœur immaculé de Marie et la conversion de la Russie, il a été dévoilé le 8 décembre 1941. Le troisième secret concerne les persécutions de l'Eglise au XX° siècle et la fécondité spirituelle des martyrs. Il a été dévoilé le 13 mai 2000.

Le centenaire des apparitions sera fêté en 2017.

Fatima - La basilique.
Fatima - La basilique.

J’ai une mission à y remplir, mission confiée par Ana-Maria, une habitante de la région de Dole (Jura). Très malade, je l’ai rencontré lors d’activités d’aide aux Anciens. Lorsqu’elle a appris que je faisais le Chemin de Compostelle portugais, elle m’a demandé si je voulais réaliser l’un de ses rêves. Cela consistait à tourner à genoux autour de la chapelle des apparitions de Fatima. C’est, selon elle, dans la tradition portugaise. Je n’ai pas osé lui dire non. Lors d’une autre visite, elle m’a dit qu’elle aimerait que je le fasse en compagnie de son frère qui habite au Portugal. Avant mon départ, je suis allé l’embrasser pour lui dire que je prenais le Chemin. Elle m’a donné une enveloppe à brûler au sanctuaire, ainsi que les coordonnées de son frère au Portugal. Heureusement, il parle le français.

Fatima - Statue de Jean-Paul II.
Fatima - Statue de Jean-Paul II.

Il y a deux jours, j’ai contacté Aurelio et nous nous sommes donné rendez-vous vers 17h00 devant la chapelle. Par sms, je lui ai envoyé ma photo pour qu’il me reconnaisse au milieu de la foule.

A cette heure-là, il est 11h00, sous la canicule, il n’y a pas encore grand monde sur l'immense esplanade du sanctuaire située entre l'ancienne basilique construite en 1928 et la nouvelle église ronde et blanche de la Très-Sainte-Trinité inaugurée en 2007. Cette dernière est d’ailleurs encore en travaux. J’y découvre les statues en bronze de Jean-Paul II érigée en 1981, venu à Fatima les 13 mai 1982, 1991 et 2000 face à celle de Paul VI.

Fatima - chapelle apparition.
Fatima - chapelle apparition.

Avant de commencer la visite et l’arrivée d’Aurelio et de son épouse, je recherche le lieu où je dois dormir car je ne vais pas porter mon sac toute la journée. A l’accueil du sanctuaire, je demande où se trouve la maison d’accueil des pèlerins. Malgré les explications reçues, j’ai un peu de mal à le trouver. Après une bonne demi-heure de recherche, je le trouve finalement un peu à l’écart, à un petit quart d’heure environ du sanctuaire. Je suis accueilli par un gardien en uniforme à l’Acolhimento S. Bento Labre, la maison S. Benoît Labre.

Fatima - rotonde basilique.
Fatima - rotonde basilique.

L’adresse pour ceux qui veulent y aller : Rua Sao Vicente Paulo. C’est une sorte de maison basse avec quelques dortoirs comportant plusieurs lits en fer. C’est suffisamment confortable pour une nuit. Une serviette de toilette est fournie. Le gardien me propose le repas du soir, ce que j’accepte.

Après ma douche et un peu de repos, il est maintenant temps d’entamer la visite du sanctuaire. Je me rends dans un premier temps à la basilique accessible par l’arrière. Seuls sont visibles les tombeaux des trois enfants ayant aperçus la Vierge Marie. Les deux premières dalles placées côte à côte sont celles de Jacinto Marto et de sœur Lucia. La dalle isolée est celle de Francisco.

Les dalles des tombes des trois pastoureaux. Les dalles des tombes des trois pastoureaux.

Les dalles des tombes des trois pastoureaux.

Fatima - les marchands du Temple.
Fatima - les marchands du Temple.

Comme il me reste un peu de temps, je fais un tour en ville. C’est plus petit que je le pensais. Autour du sanctuaire, un peu à l’écart heureusement, il y a de nombreuses petites échoppes. On y trouve toutes sortes de statues et objets de piété. On retrouve là ce que j’ai vu à Lourdes, Lisieux… ces hauts lieus de la spiritualité mariale. Je n’échappe pas au consumérisme en me rendant à l’une des librairies officielles pour acquérir notamment médailles et chapelets que j’ai envoyés à mon épouse et sa maman restées en Bourgogne.

Il est maintenant 16h00 et Aurelio m’a envoyé un sms. Ils sont en vue de Fatima.

Fatima - autour de la chapelle.
Fatima - autour de la chapelle.

Je me rends alors devant la chapelle des Apparitions où se pressent déjà de nombreux pèlerins autour de la statue de Notre-Dame de Fatima placée sur une colonne blanche. La chapelle fut érigée en 1919, sur le lieu des apparitions de Marie à cinq reprises au cours de l'année 1917, à trois pastoureaux, c’est-à-dire des enfants gardant les moutons.

Mon attention est attirée par des pèlerins qui arrivent à genoux à la chapelle en suivant une sorte de chemin brillant à force d'être frotté au fil du temps. Je suis attiré par des personnes qui s’écartent et regardent une vieille femme habillée de noir qui avance lentement en marmonnant des prières je pense. Spectacle émouvant.

Fatima - la Vierge.
Fatima - la Vierge.

Selon ce que j’ai compris, cette tradition de faire le tour de la chapelle à Fatima s'est développée vers 1960, lors des guerres de décolonisation. De nombreuses femmes avaient l’habitude d’y venir pour prier pour que les hommes et enfants partis à la guerre reviennent vivants.

A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article