Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Ansiao - la residencia.
Ansiao - la residencia.

J’ai bien dormi dans un lit moelleux à souhait. J’aurai bien fait la grasse matinée, mais il me reste du chemin à parcourir. Après une bonne douche, je suis descendu dans la salle de restaurant. Tout est calme et personne pour me servir mon petit-déjeuner. Il faudra attendre un bon quart d’heure pour que quelqu’un arrive. Sur le Chemin, le temps est relatif, je ne suis pas un touriste. C’est le temps nécessaire pour admirer deux fresques murales peintes sur de la faïence émaillée. Le petit-déjeuner fut généreux. A priori, aucun membre du groupe de la veille n’est resté à cette résidence.

Le lit et les décorations murales en faïence. Le lit et les décorations murales en faïence.
Le lit et les décorations murales en faïence.

Le lit et les décorations murales en faïence.

Borne de la Dame de Fatima.
Borne de la Dame de Fatima.

Après quelques kilomètres d’asphalte, j’ai la chance de pouvoir prendre un chemin forestier qui parfois donne place à des montées un peu raide mais non longues. J’ai l’impression d’être sur un toboggan avec ses montées, ses descentes. Je passe par différents villages ou hameaux : Netos, Freixo, Alvorgue. Déjà une dizaine de kilomètres parcourus. Si j’ai eu quelques douleurs lors de mon départ de la residantial à mes genoux, l’échauffement de la marche les a fait disparaitre au bout de quelques kilomètres. Il faut simplement que mes arrêts pour manger un fruit par exemple ne soit pas trop long.

Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps. Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps.
Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps.
Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps. Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps. Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps.

Quelques beaux chemins forestiers à parcourir en prenant son temps.

Etape 87a (2015) – Alvorge - Rabaçal - Conimbriga – Condeixa : 31 km (2 193 km)

C’est au tour de Rabacal où je passe rapidement avant de découvrir Zambujal qui vaut le détour pour ses maisons mais aussi pour remercier cette localité de son accueil. Tout est bien indiqué.

Fonte Coberta fut un lieu important lors de la Guerre de la Péninsule (1804-1811) qui opposa les troupes napoléoniennes aux troupes anglo-espagnoles, et surtout l’invasion du Portugal en 1810/1811 qui les opposa aux Anglo-Portugais. Ces troupes étaient commandées par le Maréchal Masséna. Les Français se retirèrent, et leur échec est due à la méconnaissance du terrain, au manque d'informations et à la politique de la terre brûlée terriblement efficace mise en place par les troupes locales.

Autre fléchage, en mosaïque.
Autre fléchage, en mosaïque.

Il semble que Masséna occupa un temps une des maisons du village.

Mais ce qui fait la force de ces deux lieux, c’est qu’ils se situent sur le Chemin de Compostelle. Cela nous est rappelé par les nombreux azulejos (de l’arabe al zulaydj, petite pierre polie) que l’on trouve sur le chemin. Il est vrai que cet art des azulejos est toujours vivace de nos jours au sud de l’Espagne et au Portugal.

Zambujal - azulejo sur saint-Jacques.
Zambujal - azulejo sur saint-Jacques.

Pour exemple, celui-ci qui nous rappelle en français la légende de Maitre Jacques.

« Dans la légende péninsulaire, Santiago (aussi appelé Saint-Jacques de Compostelle), apôtre de Jésus-Christ a débarqué au sud de l’Ibérie et a suivi jusqu’à la Galice, traversant des terres de l’actuelle commune de Zambujal. Il est retourné à Jérusalem, où il a été tué par le représentant du colonialisme romain, Hérode Agrippa II, en 44 apr. J.C.. Selon la même légende, son corps est retourné à la Galice en bâteau, guidé par un ange et ses disciples Atanoisio et Teodoro, finissant par être déposé dans la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. »

Fonte Coberta  - azulejo de saint-Jacques.
Fonte Coberta - azulejo de saint-Jacques.

Et il est rajouté en bas : « La Commune de Zambujal souhaite un bon chemin jusqu’à Santiago.

Après un arrête boisson à la fontaine, je reprends mon cheminement qui après une belle montée me fait redescendre vers le rio Mouros dépourvu de son eau. Je n’ai pas de réponse. Je me demande depuis quand cela est ainsi, on croirait à un chemin de terre situé en contrebas. Le chemin que je suis est agréable, serpentant par moment pour semble-t-il éviter de passer dans des lopins de terre ou jardins privés.

Pont sur le rio  Mouros à sec.
Pont sur le rio Mouros à sec.

J’arrive bientôt en vue de Condeixa a Nova, Condeixa la Neuve. Mais avant de m’y rendre, je me dois de visiter les ruines romaines les plus importantes du Portugal. Elles sont situées à Cominbriga. Lorsque je me présente pour visiter le site, on me fait entrer sans avoir à payer le ticket d’entrée. Super sympathique et beau geste : on ne me considère pas comme un touriste, mais un peu comme un visiteur privilégié. Je dépose mon sac à dos de douze kilos à l’accueil, et c’est donc allégé que je peux visiter ce site grandiose auquel je vais consacrer un article ci-après.

Vers Condeixa a Nova.
Vers Condeixa a Nova.

Après deux bonnes heures, je reprends mon sac pour rejoindre le gite de ce soir. Ce sera à Condeixa a Nova à la residential Ruinas. L’accueil est assez moyen par un homme d’un certain âge, mais le prix attractif. Si la chambre est plus que moyenne, par contre la nourriture du soir et le petit-déjeuner du matin sont particulièrement riche et fourni. Je n’ai même pas pu finir ce qu’il y avait dans l’assiette.

A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article