Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Je suis le dernier à partir hormis Carmen qui doit prendre le bus pour l'étape à venir. En effet, elle souffre de l'un de ses pieds et doit acquérir une nouvelle paire de chaussures à Casares. Les autres membres du groupe, partis de très bonne heure selon leur habitude, la rejoindront en ville. En ce qui me concerne, j'effectue le trajet plus rapidement que prévu. De loin, j'entends des militaires qui courent en chantant. Tiens, cela me rappelle des souvenirs de jeunesse, je parle pour ceux qui de mon âge avancé ont effectué un vrai service militaire. C'était un autre temps que les moins de vingt ans. .. vous connaissez la chanson. 

En allant à Casares.
En allant à Casares.
En allant à Casares.

En allant à Casares.

En face de l'hôpital, je bois un café en regardant les gens passer. Les pressés, les anxieux, ceux qui courent parce que ils sont en retard, la dame qui enguirlande son mari parce qu'il ne l'a pas déposée assez près de l'entrée, le jeune sortant de l'hôpital avec un pansement au bras rassuré par sa copine... Un vrai spectacle des petits malheurs du monde en miniature. 
Comme je ne trouvais pas le chemin de la cathédrale, un homme s'est approché de moi pour me guider. Il va me consacrer un bon quart d'heure à grimper vers la vieille ville en m'expliquant tant bien que mal l'histoire de Casares. Et notamment la présence de la fleur de lys sur certaines armoiries. Un reste de la Reconquista il y a plusieurs siècles. J'en profite pour visiter la cathédrale seul, cathédrale qui m'a semblé bien petite pour une cité de 90 000 habitants. On m'y a fait entrer gratuitement comme pèlerin. C'est suffisamment rare pour le dire. A l'intérieur, un Espagnol est venu discuter avec moi : il fait le Camino Frances cet été avec sa copine. 
Caceres : la vieille ville.
Caceres : la vieille ville.
Caceres : la vieille ville.
Caceres : la vieille ville.
Caceres : la vieille ville.

Caceres : la vieille ville.

Je quitte maintenant la grande ville pour une plus petite située à une douzaine de kilomètres. Ce parcours en plein cagnard est sans intérêt. C'est droit, en partie sur la route, puis sur un long chemin de terre blanche. Et, aucune ombre. C'est vous dire. Après trois heures de marche, j'arrive au refuge municipal. Il est donativo, il me semble vous avoir expliquer ce que cela voulait dire. Deux heures après mon installation, nos quatre compatriotes sont arrivés. Ils ont pris le bus. 

Vers Casar de Caceres.
Vers Casar de Caceres.
Vers Casar de Caceres.

Vers Casar de Caceres.

Le soir, nous avons pris un très bon dîner peregrino qui valait vraiment le coup, l'un des meilleurs que j'ai pris jusqu'à présent. 
A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article