Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Drôle de journée que je craignais car sur mon guide, la distance entre Mora et Tolede est avoisinante de quarante kilomètres. Ce n'est pas infaisable en soi si le Senor Météo local n'annoncait pas une température comprise entre trente-huit et quarante degrés. Donc, je m'attendais à finir l'étape en autobus ou en taxi malgré mes moyens limités au détriment d'autres choses. Comme souvent, ma bonne étoile va venir à mon aide sans que je ne la cherche vraiment. 
Départ de Mora vers six heures du matin car le temps est encore frais en direction de Mascaraque. Les quelques kilomètres sont vite avalés car j'ai vraiment pu me reposer à l'hôtel Los Conejos où je me suis établi. J'avais besoin d'un bon lit. Direction Almonacid de Toledo que j'aurais pu rejoindre directement hier si je n'étais pas passé par Mora. J'aurais économisé quelques kilomètres. Mais je vais me répéter, le temps était trop chaud, et je dois m'economiser. Là, pause café.

Avant l'arrivée à Tolede.
Avant l'arrivée à Tolede.

Avant l'arrivée à Tolede.

J'ai déjà parcouru onze kilomètres. Il m'en reste encore vingt-quatre à parcourir et il est huit heures trente. Je reprends la route pour Nambroca, un village de trois mille âmes situé à dix kilomètres de là en espérant y arriver vers onze heures en privilégiant la route goudronnée au chemin. Même si la route est plus fatiguante du fait de l'asphalte, elle permet une marche plus rapide car on n'a pas, entre autres, l'obligation de regarder où l'on met les pieds. Il me resterai alors dix-huit kilomètres à effectuer. Comme je marcherai forcement moins vite avec la fatigue, j'estimais mon arrivée à Tolede vers seize/dix-sept heures.
C'est alors que j'avais parcouru plusieurs kilomètres qu'une voiture s'arrête sur le bas-côté et la conductrice me fait signe de traverser la route. En effet, je marchais face aux voitures comme il se doit, par sécurité. C'est un couple de Roumains installés en Espagne depuis quelques années qui, ayant vu mon drapeau français sur mon sac, me propose leur aide dans ma langue natale. Ils se rendent à Tolede pour une cérémonie à la cathédrale. Je n'ai pas hésité une seconde à accepter leur proposition. Lui est routier longue distance. Elle, Délia, s'occupe de leurs deux enfants tout en donnant des cours de français aux enfants du village où ils habitent. Nous parlons de la France bien sur ayant résidé à Toulouse entre autres. Ils sont devenus Espagnols. 

Tolede, ville accueillante par ses monuments et la possibilité de monter dans la vieille ville en Escalator.
Tolede, ville accueillante par ses monuments et la possibilité de monter dans la vieille ville en Escalator.
Tolede, ville accueillante par ses monuments et la possibilité de monter dans la vieille ville en Escalator.
Tolede, ville accueillante par ses monuments et la possibilité de monter dans la vieille ville en Escalator.
Tolede, ville accueillante par ses monuments et la possibilité de monter dans la vieille ville en Escalator.

Tolede, ville accueillante par ses monuments et la possibilité de monter dans la vieille ville en Escalator.

En peu de temps, nous arrivons dans la capitale de la Castille-La Mancha. Je suis tout heureux bien sur de cette chance, ou de ce cadeau immense qui m'est fait. Je ne sais comment les remercier car ils m'ont évité, à coup sûr, une grande souffrance. Je crois que c'est cela aussi la vie, savoir être disponible pour recevoir ce que les autres, sans contrepartie, vous donne. Je suis sûr qu'au fond d'eux - mêmes ils ont été heureux de m'avoir tendu la main. 
Pour les remercier à ma façon, je les ai accompagnés à la cathédrale lorsqu'ils ont déposé leur véhicule au parking. En restant en retrait car j'ai compris combien ils étaient croyants. Ils avaient rejoint des amis qui avaient réservé leurs places. Comme il y avait beaucoup de monde, et qu'avec mon sac... De loin, je leur ai fait un petit signe de la main après avoir assisté à l'entrée des autorités religieuses, cardinal en queue. 
Il me fallait trouver un lieu pour dormir, et l'office du tourisme va y pourvoir en téléphonant à une albergue non citée dans mon guide. C'est en fait une auberge de jeunesse qui me recoit pour environ quatorze euros en plein centre. L'hospitalier m'accueille bien qu'il soit sensé ouvrir plus tard. Décidément,  c'est un jour heureux. 

Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.
Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.
Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.
Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.
Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.
Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.

Photo devant la cathédrale et entrée des autorités religieuses le tout sur grande musique.

Par contre, ma visite de Tolede est assez mitigée. Si j'ai trouvé la ville très belle, le comportement des commerçants et accueillants touristiques est peu sympathique. J'exclue bien sur mon hospitalero de cet avls. C'est très touristique et très cher. Et il est clair qu'ils se fichent complètement des pèlerins ou cheminants. Nous faisons un peu tâches parmi ces touristes qui défilent à la pelle. Même à l'accueil de la cathédrale, où généralement nous bénéficions au moins d'une certaine sollicitude, on m'a renvoyé assez brutalement vers un gardien parce que je n'achetais pas de billet pour la visite. Et que de ce fait, je bloquais la file. Ce qui fait que j'ai supprimé ma journée de repos que prévue à Tolede. Cela n'a pas d'importance, c'est vrai, mais cela m'a fait du bien et de le faire et de le dire. Je pense toutefois que cela doit être vrai dans la plupart des villes touristiques. Je ne suis pas un bon client.       

Tolede : toujours la cathédrale.
Tolede : toujours la cathédrale.
Tolede : toujours la cathédrale.

Tolede : toujours la cathédrale.

Et puis devinez... Oui, nous avons regardé à l'auberge de jeunesse le match de l'Eurocoupe entre la France et l'Islande gagné par notre équipe. Bravo aux Islandais qui ont fait honneur à leur pays en marquant deux buts justifiés par une défense française qui doit s'améliorer. Donc, coucher tard. 
Un jeune Anglais a rejoint la chambrée. Il est rentré très tard en me réveillant. Il semblait fortement allumé par l'alcool. Cela me rappele que c'est souvent le cas de jeunes marcheurs plutôt que pèlerins qui parcourent le camino non pour des raisons spirituelles mais plutôt pour des raisons pécuniaires. C'est aussi cela faire le Chemin. Il en restera,  j'en suis sûr, quelque chose sans qu'ils n'en aient conscience quand le moment sera venu. 

Tolede - d'autres vues parmi d'autres.
Tolede - d'autres vues parmi d'autres.
Tolede - d'autres vues parmi d'autres.

Tolede - d'autres vues parmi d'autres.

Encore une belle journée riche même si je marche toujours seul. 
À suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article