Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Huit degrés, c'est la température qu'il fait à mon départ vers six heures trente. On se croirait déjà arrivé en Galice. Pas de bar ouvert donc pas de café. Je retraverse la passerelle pour retrouver le chemin. Il est facile à repérer, il suit l'autoroute. 

Quand il faut partir de bon matin.
Quand il faut partir de bon matin.

Quand il faut partir de bon matin.

Le chemin pierreux de terre blanche relativement plat et large traverse des champs de céréales puis des plantations nécessitant beaucoup d'eau par des arroseurs automatisés. Je parcours ainsi les sept premiers kilomètres d'un pas assez rapide qui m'amène au petit village de San Vicente del Palacio. Devinez... peu de monde dans les rues, pas de bar ouvert.
A la sortie, le chemin est plus rustique et moins large. Il doit y avoir moins de passage de véhicules. Ce n'est pas le tracé indiqué sur mon plan, celui-ci devait longer l'autoroute de très près. Cela me va bien car je n'entend plus le bruit de fond des véhicules. Le soleil est présent et très discret. Tant mieux, cela va faciliter mon parcours. 

Encore un beau chemin etrès des témis de pause.
Encore un beau chemin etrès des témis de pause.
Encore un beau chemin etrès des témis de pause.
Encore un beau chemin etrès des témis de pause.

Encore un beau chemin etrès des témis de pause.

Au neuvième kilomètre, arrêt buffet près d'une borne indiquant Santiago  - 451 km. Oui, peut-être, mais par quel chemin ? Car, les chemins de randonnée pour diverses raisons commencent à se multiplier. Peu à peu, les pins réapparaissent d'abord par petits blocs, puis de façon plus importante. Le sol est par moment très sablonneux. Étrange...
Bientôt, c'est l'arrivée au terme de mon étape. Passage à l'office de tourisme où j'apprends qu'il il y a trois chemins différents qui partent vers Santiago. Il ne faudra pas se tromper demain-matin. Je vais vérifier le bon en fin d'après-midi, à la fraîche.    

Médina del Campo - cérémonie église.
Médina del Campo - cérémonie église.
Médina del Campo - cérémonie église.
Médina del Campo - cérémonie église.

Médina del Campo - cérémonie église.

Accueil au couvent des Carmes par un membre de la communauté. L'albergue se trouve dans les locaux, mais on y accède par une entrée différente. C'est simple, propre et pour dix euros, j'ai une chambre pour moi seul, avec serviettes et gel douche dans la salle de bains. Pas de wi-fi. Vous attendrez, on peut vivre sans. 

Médina del Campo - au couvent des Carmes.
Médina del Campo - au couvent des Carmes.

Médina del Campo - au couvent des Carmes.

À suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AmiGilbertAhuy 24/07/2016 08:33

C'est très étonnant ces températures très fraîches la nuit au cœur de l'Espagne, dans des régions qui se trouvent souvent sur de hauts plateaux désertiques... ce qui explique ces températures !
En arrivant à Tolède avec une température qui frisait les 40° au cœur de la journée... à mon réveil au petit matin, vers les 5 heures... lors de mon bivouac au clair de lune, face à cette merveilleuse Cité... mon thermomètre marquait 5° ! Heureusement que j'avais un sur-sac de couchage... et, en déjeunant avec mon café chaud, chauffé avec mon petit camping-gaz, je m'étais enveloppé avec mon sac de couchage sur le dos, chauffé avec mes 37° corporels !
Encore des instants inoubliables, avec les premiers rayons de soleil arrivant sur cette belle Cité !
Gilbert