Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Etampes : sortie buccolique.
Etampes : sortie buccolique.

Aujourd'hui, c’est la  dernière étape en région Ile-de-France entre Etampes et ma destination de ce soir, Angerville. Je donne rendez-vous à Sophie pour ce soir, au presbytère. Nous ne marchons pas au même rythme, et surtout, je veux passer par Méréville dont on m’a vanté la beauté.

Je quitte seul l’ancienne ville royale par une promenade verdoyante le long d’une rivière s’écoulant lentement. Le parcours est bien balisé, c’est très simple à suivre.

En passant, j’avais photographié cette porte dit de Bressault. Hélas, la photo prise étant floue (mal réveillé sans doute !), j’en ai récupéré une sur internet pour vous la présenter. Ce portail du milieu du XVIe siècle est la réplique de l’entrée du Grand Ferrare de Fontainebleau.

Etampes : architecture locale sur le chemin.Etampes : architecture locale sur le chemin.

Etampes : architecture locale sur le chemin.

Dans le bois de Méréville.
Dans le bois de Méréville.

Après le passage sur le pont de la route nationale 20, et la prise d’un café dans un tabac, j’entame la montée sur l'ancienne voie romaine hélas bitumée qui reliait l’actuel Paris à Augustodunum (Autun). C’est ainsi que j’arrive à Saclas, stoppant un moment dans un parc.    

Le trajet entre Saclas et Méréville est très beau, notamment en passant sur une route peu fréquentée. Les maisons s’étagent entre le flanc de la colline et la rivière. C’est agréable. Puis, c’est la montée dans un bois que je traverse. En chemin, je trouve à plusieurs reprises des plumes. Deux/trois cents mètres plus loin, je trouve en travers du chemin un volatile. Il a dû mourir là après avoir rencontré un prédateur, un renard peut-être ?  

J’arrive le long du mur du parc du château de Méréville que je contourne avant de rejoindre une route asphaltée qui me mène à Méréville, une cité réputée pour ses cressonnières. Le village est accueillant pour les pèlerins comme le prouve ces fameux clous du Chemin de Compostelle que l’on trouve sur les trottoirs, permettant de diriger le passant vers les lieux emblématiques.

Pour exemple, la halle du XVIe siècle qui un passage quasi-obligé. Vaste – quarante mètres sur dix-huit, - sa charpente en chêne est supportée par quatre rangées de piliers posés sur des socles de Pierres. J’espère trouver un café car je suis trempé et il fait un petit vent frais. Celui qui m’est indiqué près de l’église est fermé le jour de mon passage. Pas de chance ! Je mange donc sur un banc situé en face avec ce qui me reste dans mon sac. Pas grand-chose en fait. C’est la vie et bon pour le régime !

Méréville : la grande halle.Méréville : la grande halle.

Méréville : la grande halle.

Méréville : les cressonnières.
Méréville : les cressonnières.

Je décide de reprendre la route. Un marquage bleu et or attire mon attention. Je le suis… Le trajet est sympa notamment avec un passage au milieu de cressonnières. Mais, en fait, je vais découvrir après une heure que je ne suis pas dans la bonne direction. Je suis en train de faire un grand-détour. Au lieu d’aller en direction d’Angerville comme je le pensais, je me retrouve à Autruy-sur-Juine, dans le Loiret. Et comme si cela ne suffisait pas, il se met à pleuvoir à verses. Résultat : de nombreux kilomètres supplémentaires inutiles qui me font passer à Andonville. Bien sûr, je râle… Mais, comme m’a dit plus tard un ami Facebook, « vous auriez dû suivre les instructions données dans le guide. » Je note ce conseil plein de bon sens… Voyez-vous, même pour un vieux pèlerin, il faut savoir écouter les autres…     

J’arrive donc fatigué, trempé à Angerville. Je suis accueilli par une dame qui m’emmène au local situé près de l’église où se déroule le catéchisme. Le lieu est pour le moins rustique, mais il a le grand avantage d'exister. Pas de présence de Sophie. Elle arriva vers 21h30, complètement trempée. Elle aussi s’est égarée en route. Comme quoi, je ne suis pas le seul.

A suivre. Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article