Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

   Il me reste une dizaine de kilomètres à parcourir pour rejoindre le monastère de San Salvador de Valdediós, le terme de mon étape de ce soir. Je suis toujours seul, ce qui me permet de réfléchir en toute quiétude.

   À Casquita, au carrefour de la chapelle de San Blas à trois kilomètres après Villaviciosa, je bifurque à la jonction Gijón/Oviedo. Je prends la direction d’Oviedo où je vais rejoindre le Camino Primitivo, le Chemin primitif. La direction de  Gijón suit le Camino del Norte, le chemin côtier.

   Je traverse Camoca de Arriba où je suis interpellé par l’église de San Juan. Construite au XIIIe siècle dans un style roman tardif, elle possède un curieux porche d'entrée arrondi. Après le pont médiéval, je passe par Ambás avant d’arriver au monastère où je compte dormir. Même si l’étape est moyenne, je trouve les derniers kilomètres un peu longs, j’ai hâte d’arriver. Il est 14h00.

   Lorsque j’arrive au monastère cistercien situé dans un vallon boisé, délaissé à notre époque par les moines, il y a déjà un couple installé dans une aile transformée en albergue. Dans l’entrée, un Français croisé en chemin attend. Nous faisons connaissance. Comme d’habitude, j’étends mon sac de couchage sur un des lits. Ayant faim, je vais au bar situé en face manger un petit morceau. Du fait de l’éloignement de tout village, il ne survit qu’avec les pèlerins et les touristes venant visiter cet ensemble ancien très harmonieux. Au menu : paella, viande en sauce, glace sans oublier la fréquente bouteille de vin en libre-service. Tout cela pour neuf euros.

   Rejoignant le monastère, plusieurs personnes sont arrivées notamment Mélanie, Anders et quelques autres. C’est quasiment un regroupement.

   Tout naturellement, je visite l’abbatiale Sainte-Marie et le cloitre du monastère construit au XIIIe siècle. Nous avons la chance de pouvoir nous reposer dans ce monument historique des Asturies. À l’intérieur, un tableau représentant le Matamore, saint Jacques pourchassant et pourfendant les Maures envahisseurs. 

   Malheureusement, l’hospitalier ne nous a pas permis de visiter l’église préromane San Salvador familièrement appelée El Conventin : ce n’était pas le jour. Selon mes sources, la consécration de ce monument classé en 1985 au Patrimoine de l’UNESCO aurait eu lieu sous le règne d’Alphonse III le Grand qui a régné de 866 à 910 de notre ère. À l’intérieur, de nombreuses fresques d’origine mozarabe, c’est-à-dire le traitement des thèmes chrétiens influencé par l’art musulman. C’est toujours dommage que, sur le Chemin, on nous (les pèlerins) prive de telles richesses pour des problèmes mineurs d’ouverture et de fermeture de site. À la revoyure…

   Lorsque l’hospitalier vint pour estampiller notre crédentiale en échange du paiement de notre obole, il refuse l’installation d’Anders qui n’en possédait pas. Malgré notre intervention pour affirmer qu’il était bien pèlerin en cheminant avec nous, rien n’y fit. Il demeura inflexible. Anders dut quitter les lieux et aller dormir dans un champ sous sa tente. La nuit venue, il vint prendre sa douche.

   Nous avons diné au bar d’en face, car rien n’est prévu au monastère. Il y a une cuisine, mais bon, il faut avoir de quoi faire si on a des provisions de bouche. Je fis connaissance d’un chien errant qui va venir me lécher les doigts de pieds. L’apercevant, la tenancière a voulu le chasser. Comme nous sommes sur la terrasse, elle a déclaré forfait devant nos protestations.

   À 23h00, les lumières s’éteignent.

   À demain - Alain, Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article