Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Auteur d’une biographie sur Vauban (Vauban le bourguignon)[1], ayant eu l’occasion de faire des conférences sur ce grand homme en France, Allemagne et Suisse, je ne pouvais manquer de revenir visiter cette imposante et majestueuse citadelle de Blaye. Elle en est un joyau appartenant au Réseau des sites majeurs de Vauban inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des biens culturels depuis 2008, comme les deux forts qui l’accompagnent.  

Sa vocation était de protéger Bordeaux des escadres anglaises, cité se trouvant à cinquante kilomètres en amont. Pour cela, il fallait fermer l’estuaire de la Gironde tel un « Verrou » en couvrant toute sa largeur grâce aux tirs de canons en prenant en compte que la portée de tir des canons ne permettait pas de couvrir les trois kilomètres de large de la Gironde. En plus de la citadelle, Vauban fit édifier deux autres forts formant le fameux triptyque de l’estuaire. Tout d’abord, le Fort Paté sur l’île du même nom qui se trouve au centre de l’estuaire pouvant couvrir par ses tirs les deux côtés de l’île. C’est aujourd’hui une propriété privée. D’autre part, le Fort Médoc se trouvant sur la rive opposée aujourd’hui propriété de la commune de Cussac.

 

[1] Alain Lequien, Vauban le bourguignon, Éditions de Bourgogne, disponible chez l’auteur. Site www.alain-lequien.fr

Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.
Blaye : dans la citadelle de Vauban.

Blaye : dans la citadelle de Vauban.

Ancienne place forte plusieurs fois modifiée à plusieurs reprises, Louis XIV dépêcha d’abord l’ingénieur militaire François Ferry pour établir un projet de reconstruction. En octobre 1685, Vauban fut chargé d’inspecter les travaux en cours. Ayant constaté la vétusté et les faiblesses de l’ouvrage, il proposa le tracé d’une nouvelle place plus ramassée, flanquée de quatre bastions, trois demi-lunes et deux portes dont la réalisation est confiée à Ferry.

Pour la citadelle, les travaux débutent en 1686 et s’achèvent fin 1689. Elle domine l’estuaire de la Gironde avec ses 1 500 mètres de remparts, les 1 500 soldats qui y vivaient à l’époque de Vauban, ses trente hectares de fortifications.

C’était une vraie petite cité avec ses bâtiments de garnison comme l’ancien couvent, la prison, les casernements, la poudrière…

De nos jours, ouverte en permanence et gratuitement, on peut y flâner et bénéficier des boutiques, restaurants, expositions d’artistes, l'office de tourisme…  qui gardent intact le charme ancien de cette mini-ville. La citadelle reçoit 440 000 visiteurs par an. Sans oublier de se promener dans ses grands espaces verdoyants à la découverte des souterrains, des tours, et des vestiges médiévaux. L’ancienne prison abrite le Conservatoire de l’Estuaire et le Musée d’archéologie.

J’ai donc passé trois heures à revisiter ce lieu dont il faut prendre grand soin malgré les nombreux travaux à réaliser. Ce serait dommage qu’il ne puisse plus être visité.  

À suivre. Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article