Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Après le petit-déjeuner pris au restaurant ouvrier d’hier soir, nous prenons la route pour rejoindre le tracé du chemin de Compostelle en direction d’Azambuja situé à une trentaine de kilomètres.

La pluie est très présente, et nous avons du mal à trouver notre chemin. À plusieurs reprises, nous sommes obligés de demander à des locaux de nous aider. Ce qu’ils font avec une grande gentillesse, souvent en faisant l’effort de parler en français. Enfin, c’est fait au bout de quelques kilomètres.

Alors que le soleil fait son apparition, nous rejoignons le bord du Tage. Le chemin jacquaire va se situer pendant plusieurs kilomètres entre la voie de chemin de fer et le fleuve, ou tout du moins le morceau de terre qui nous en sépare. En fait, à quelques exceptions près, la ligne de chemin de fer est notre référence. Vers midi, le soleil est devenu plus fort, et nous avons peu d’ombre. C’est un peu dans la souffrance que nous arrivons à notre destination.

Fatigués, nous décidons de dormir à l’hôtel peu onéreux situé à l’entrée de la ville.  

Au cours de ce chemin, nous avons discuté de choses et d’autres. Comme avec tous mes compagnons de voyage, les échanges et thèmes abordés avec mon fils Frédéric restent du domaine privé. Vous le comprenez bien sans doute. Par contre, ce que je peux dire, c’est que je redécouvre mon fils sous un nouvel aspect, se posant de nombreuses questions sur le passé, le présent et l’avenir de sa famille. Cela reste dans nos cœurs, et nous enrichit mutuellement.   

Frédéric peu enclin à suivre et vivre la spiritualité qui est la mienne, nous restons au-dessus des choses. Ce n’est pas grave, c’est à chacun de faire son choix quand le moment est venu. Je dois donc m’adapter à cette situation.

À suivre.

Alain et Frédéric.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article