Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Nous prenons le petit-déjeuner à l’auberge avant de partir. L’ambiance est bonne, cela n’a plus rien à voir avec ce que nous avons vécu hier. Tant mieux, il nous reste du chemin à parcourir et nous devons en profiter au maximum.

Après une petite route asphaltée, c’est un long chemin au milieu des vignes et des oliviers. Jusqu’au village de Zambujal.  Nous continuons notre chemin sur qui longe le lit d’un torrent asséché. Nous arrivons en vue de Fonte Coberta, un lieu important lors de la Guerre de la Péninsule (1804-1811) opposant les troupes napoléoniennes aux troupes anglo-espagnoles, et l’invasion du Portugal en 1810/1811. Ces troupes étaient commandées par le maréchal Masséna. Les Français se retirèrent, et leur échec est dû à la méconnaissance du terrain, au manque d'informations et à la politique de la terre brûlée terriblement efficace mise en place par les troupes locales.

Quelques chemins le long d'un torrent à sec et Fonta Coberta.
Quelques chemins le long d'un torrent à sec et Fonta Coberta.
Quelques chemins le long d'un torrent à sec et Fonta Coberta.

Quelques chemins le long d'un torrent à sec et Fonta Coberta.

Peu après le village, avant de prendre une grande montée d’un chemin de terre, Frédéric qui marche devant est enquiquiné par un chien errant. Un homme intervient, c’est un Français marié à une Portugaise venue en vacances dans la maison familiale. Ils nous invitent à boire un café. Un moment chaleureux.

Nous reprenons notre marche qui nous mène aux ruines romaines de Conimbriga que j’avais visité l’an dernier. J’avais eu droit à un traitement de faveur, la gratuité (voir des photos lors de l’étape 87b de 2015). Ce n’est pas le jour, on nous renvoie à l’accueil pour prendre des tickets. Nous renonçons, Freddy les découvrant au travers d’une présentation numérique.

Étape 9 : Fonte Coberta - Conimbriga - Condeixa a Nova -  Cernache – Coimbra : 30 km (251 km)
Étape 9 : Fonte Coberta - Conimbriga - Condeixa a Nova -  Cernache – Coimbra : 30 km (251 km)
Étape 9 : Fonte Coberta - Conimbriga - Condeixa a Nova -  Cernache – Coimbra : 30 km (251 km)

C’est le retour sur les chemins devenus maintenant de petites routes. Nous passons au large de Condeixa a Nova où j’avais dormi. Je passe donc dans des chemins nouveaux en passant par Cernache, Palheira. Nous y rencontrons Nina croisée à Lisbonne, une Anglaise ainsi que Dieter, un Allemand. Il nous raconte qu’il est cuisinier à Fistera, dans un restaurant-bar que je connais de réputation pour être assez soixante-huitard. Nous lui promettons d’y passer lorsque nous y serons.   

Peu après Quita do Rossio, dans une descente pierreuse, Fréderic qui marchait devant revient vers moi en m’annonçant qu’un homme est de train de satisfaire une dame sur le capot de sa voiture. Pour annoncer notre arrivée, j’ai utilisé mon sifflet (objet bien utile en cas d’accident). Vous auriez vu la tête des deux partenaires !

En arrivant à Alqueves, nous apercevons la cité de Coimbra. En gravissant une côte, une voiture s’arrête et le conducteur m’offre deux fruits avant de repartir. Un geste simple, mais qui en dit long sur les qualités d'accueil de nos amis portugais.

Coimbra vu de loin. Coimbra vu de loin.

Coimbra vu de loin.

Nous arrivons à Coimbra par un chemin différent parcouru il y a trois années. Nous tombons directement sur le refuge qui se trouve dans une annexe du monastère Santa Clara sans avoir à gravir la grande montée prévue. Son accès a changé, et désormais, il comprend un café-bar et une terrasse.

Nous y retrouvons Francisco que nous n’avons pas vu de la journée ainsi que d’autres pèlerins. Nous irons manger dans un bar en regardant un match de football. Eh oui, on commence à s’y accrocher.      

Dans l'albergue, la reference à la queimada, une boisson galicienne alcoolisée.
Dans l'albergue, la reference à la queimada, une boisson galicienne alcoolisée.

Dans l'albergue, la reference à la queimada, une boisson galicienne alcoolisée.

Dans l’alberge, nous découvrons la recette et le recipient concernant la queimada. Celle-ci est une boisson galicienne alcoolisée à base d’eau de vie et de sucre que l’on flambe, et dont l’origine remonte au Moyen-Age, popularisée depuis les années 50 du XXe siècle et très connue en Espagne et à l’étranger comme typique de Galice. Elle est associée à une pseudo-conjuration des mauvais esprits et des maléfices des meigas, les sorcières de Galice.     

À suivre.

Alain et Frédéric

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article