Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Après une bonne nuit, lever à 6 h 30, je prends le départ vers 7 h après un petit-déjeuner copieux préparé par Sophie. Au cours de celui-ci, nous échangeons de nouveau sur mon cheminement. L’époux de Sophie est plus réceptif à ma vision des choses. Ce fut une discussion rapide et agréable. Mon hôtesse me donne des fruits à emporter pour la route.

Le temps est frais, humide. Il a plu cette nuit. Sortant du village par une petite route communale, je rencontre le maire travaillant avec son agent municipal en train de reboucher des trous avec de l’asphalte mou. Connaissant bien ce milieu pour donner des formations aux agents de communes rurales, les élus sont souvent mis à contribution en mettant la main à la pâte prouvant, s’il en était besoin, leur engagement. Belle petite discussion sur le passage de la Francigena dans sa commune. Un regret : ne pas avoir le temps de passer à la mairie pour tamponner ma crédenciale. Au fait, sur ce chemin de pèlerinage, elle porte le nom de credenziale.   

Je rejoins au hameau un petit pont passant sur le Saôlon, une petite rivière locale, permettant d’entrer dans une grande forêt. Je vais la parcourir sur de nombreux kilomètres. Le soleil commence à pointer au milieu de gros nuages noirs.
   Il se dégage aussi cette bonne odeur de la nature que l’on trouve le matin à la fraîche. Je n’en parle pas trop souvent, mais j’y suis sensible. L’odeur de la forêt est une senteur subtile et puissante. L’humidité des feuilles, l’odeur des résineux, la fraîcheur de l’air pur se mêlent pour créer à chaque fois un parfum unique. De plus, les bruits environnants d’oiseaux ou autres animaux créent une ambiance et un grand calme.

28 – Chalandray – Leffond : 24 km (720 km)28 – Chalandray – Leffond : 24 km (720 km)

Sur la route, je passe devant l’ancienne abbaye La Grosse-Sauve datant du 12e siècle. Sa chapelle est classée au patrimoine culturel de la France depuis 1929. Hélas ! pour le curieux que je suis, de nos jours, elle est devenue une propriété privée. Direction maintenant vers Grandchamp et Maâtz en quittant la départementale qu’emprunte le GR 145. Je préfère les chemins forestiers et les petites routes. A Maâtz, je prends le temps de déjeuner, allongé sur le bord de la rivière. C’est calme et reposant. Le soleil est maintenant bien présent à travers les branchages.

Après mon passage à Coublanc, j’arrive à Leffond, mon étape du soir. J’ai quitté la Haute-Marne pour la Haute-Saône et la Franche-Comté. Délaissant le gîte communal, j’arrive chez Valérie, une couturière en feutrage et animatrice de stage en la matière. Son compagnon, quant à lui, enseigne des techniques chinoises de bien-être. Mon lieu de repos est atypique, dans l’ancien four à pain. Pour dormir hors-sol, je dois escalader une mezzanine.

   Nous échangeons grandement sur nos passions réciproques, d’où un enrichissement mutuel. Le soir, nous dînons dans le jardin des plats végétariens. Une nouvelle conversation nous amène sur les bienfaits du jeûne permettant de libérer le corps de ses toxines. C’est intéressant, mais je ne suis pas prêt pour cette pratique. J’apprends naturellement plein de nouvelles choses.

   Il est 22 h lorsque chacun rejoint sa chambrée après une bonne tisane.

   À demain… Alain dit Bourguignon la Passion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article