Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Rencontre sympa à Bazazs (Gironde).
Rencontre sympa à Bazazs (Gironde).

On peut partir sans s’être préparé, au débotté. J’ai rencontré quelques cheminants ou pèlerins qui sont partis sur un coup de tête, pour diverses raisons. Si tel est le cas, le risque est de le payer chèrement à l’apparition des premiers petits pépins physiques qui vont stopper votre élan. Sans oublier que, par ricochet, ils auront invariablement un impact sur le moral qui est un élément important dans un tel cheminement. Cette page est émise pour vous donner quelques petits conseils, ceux d'un vieux marcheur. Enfin, pas si vieux que cela quand même ! Et non ceux d'un médecin spécialiste. Nous allons nous concentrer sur la préparation de notre condition physique (muscles, souffle…) et celle de nos pieds.

5 – Se préparer physiquement à partir sur le Chemin

La préparation physique

Hormis quelques entrainements kilométriques avec un sac à demi-chargé, il faut préparer cuisses, mollets et fessiers car ces parties de notre corps sont les éléments moteurs pilotant nos membres inférieurs. Voici les exercices recommandés par mon kiné et les fiches-conseils d'Akiléine à la suite de mon accident. Je les effectue au minimum une fois par semaine, l’idéal étant deux fois.

  1. Séance d’aquabike à la piscine olympique de Dijon (dans l'eau, 30 minutes d’exercices physiques suivies de 30 minutes de pédalage à des vitesses différentes). La résistance créée par l'eau permet le développement du système musculaire et l'entretien du système cardiovasculaire. Une séance d’une heure dans l'eau équivaut à plus de deux heures de gym en salle avec une perte moyenne de 800 calories. (Voir ma page sur mes soins).
  2. Travail des cuisses (3 séries de 15 répétitions à exécuter) : pliez les genoux à 90°, puis décollez le genou arrière d’un centimètre du sol en maintenant la position pendant six secondes, redescendez puis recommencez. Changez de jambe au bout de 15 répétitions.
  3. Travail des fessiers, des cuisses et des lombaires (3 séries de de 15 répétitions à exécuter) : amenez la cuisse vers le haut, tenez la position six secondes, redescendez et recommencez. Changez de jambe au bout de 15 répétitions.
  4. Travail des mollets (3 séries de de 15 répétitions à exécuter) : position debout, l’avant des pieds reposant sur une petite marche, montez sur la pointe des pieds, tenez la position six secondes, redescendez puis recommencez.

Nota : rien n’empêche de faire ces travaux de maintien en cours de cheminement.

La souffrance des ongles...
La souffrance des ongles...

Préparation et entretien des pieds et ongles

Parcourir plusieurs milliers de kilomètres nécessite une bonne préparation des pieds pour limiter les ennuis sur le Chemin. Je vous propose d’aborder deux thèmes. Tout d’abord le renforcement de l’épiderme des pieds par le massage entre les orteils et sur le talon avec des produits anti-frottements que l’on trouve en pharmacie. Ensuite, l’entretien des ongles souvent source de cauchemar.

L’objectif du renforcement de l’épiderme des pieds est de réduire les échauffements aux points de frottements dans la chaussure. Pour cela, le tannage de la peau en l’épaississant joue un rôle protecteur qu’il faut ensuite assouplir.

Trois semaines avant le départ, il est bon d’utiliser pendant deux semaines une solution tannique. J’utilise personnellement le matin Tano Sports Akileïne sur la voûte plantaire et les orteils. Une semaine avant le départ, je complète le traitement le soir avec la crème anti-frottement Nok Sports Akileïne en massant légèrement la voute plantaire. En cours de route, après la douche, je continue à employer la crème anti-frottement.

Le coupe-ongle est indispensable.
Le coupe-ongle est indispensable.

L’entretien des ongles. Les ongles doivent être coupés courts, désépaissis pour éviter les mycoses et les risques d’ampoules sous l’ongle difficiles et douloureuses à soigner. L’idéal, si on n’en a les moyens, est d’aller voir un podologue. Un investissement qui peut se révéler très utile. Il faut donc les couper régulièrement pour éviter d’avoir un « conflit » entre celui-ci et la chaussure ou la sandale. L’idéal est de respecter la courbure du doigt de pied et couper parallèlement à l’arrondi. Un ongle trop court est aussi gênant qu’un ongle long. Une astuce m’avait été donnée par un podologue : prendre un crayon et tapotez-le sur le bout des orteils. On ne doit pas sentir son ongle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :