Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien

 

   Nous ne sommes pas encore sur la voie historique du pèlerinage, mais chacun sait maintenant que celui-ci débute au moment où l’on quitte son domicile.  

   Il est 7h00 et le temps est agréable malgré les quatre degrés matinaux. À noter, le tarif canon voulu par le Conseil général pour aller en bus de Dijon à Avallon, une bonne centaine de kilomètres pour 3,30 euros pour 2 personnes. Bravo !

   Il est 9h00 quand nous arrivons, juste le temps de faire quelques courses avant d’entreprendre le parcours.  Nos pas vont nous dirige d’abord par la vallée du Cousin, puis Pontaubert, Vault de Lugny, Domecy-sur-le Vault, Asquins pour arriver à la colline éternelle de Vézelay.

   Nous passons par l’office du tourisme d’Avallon pour faire tamponner notre crédentiale, preuve s’il en est besoin que nous parcourons le Chemin. Il est utile pour pouvoir bénéficier de l’accueil dans les lieux prévus à cet effet.

   Le parcours est assez atypique : des rochers glissants où il est facile de se tordre les pieds, des montées parfois difficiles, des descentes rapides. Un peu dur pour le démarrage. Parfois, il faut s’accrocher aux chaines placées à bon escient. Les passages en forêt sont plus faciles.

   Après nous être repu d’une salade mexicaine et d’une banane, c’est la montée vers la forêt. Il pleut toujours, je crois qu’il en sera ainsi tout le reste de la journée.  À une intersection, nous suivons le fléchage nous menant à une croix ancienne. Et là, plus de marquage. Nous décidons peut-être à tort de suivre un chemin en forte pente descendante. Ce fut l’occasion d’une glissade pour chacun de nous. Enfin, nous retombons sur le chemin… sur lequel nous sommes déjà passés. En fait, nous avons tourné en rond. Presque une heure de perdue, tout cela à cause d’un double marquage.

   À la  sortie de la forêt, nous apercevons au loin Asquins, mais aussi Vézelay sur sa colline, le but de notre étape. Il est 16h30 lorsque nous arrivons à l’église Saint Jacques le Majeur surplombant Asquins. Nous trouvons porte close de ce lieu inscrit au patrimoine mondial de l'humanité de l’Unesco. Pas moyen de faire découvrir à Yohan le très beau buste reliquaire en bois polychrome représentant Saint-Jacques. Et en plus, il pleut à verse.

   J’avoue être en colère, considérant comme un manque de respect pour les pèlerins de n’avoir pas laissé la possibilité de s’abriter et de visiter une église si importante pour nous.

   Déconfits, nous prenons le chemin vers Vézelay en passant par la petite église franciscaine de la Cordelle dans laquelle nous nous reposons. D’une grande simplicité, elle fut construite après la prédication de saint Bernard lors de la seconde croisade en 1146. C’est dire si elle a du vécu.

   Nous continuons notre montée vers la basilique par une pente raide. Enfin, nous atteignons le but de notre étape. Il est maintenant 17h30, nous avons mis plus de sept heures pour venir d’Avallon.

   Nous visitons la basilique, mais malheureusement pour nous, les beautés des sculptures du narthex sont cachées en grande partie par des échafaudages. Il faut croire que ce n’est pas notre jour de chance. Moi qui me faisais une joie à expliquer à Yohan le détail des richesses qu’elles enferment.

 

Vezelay - la basilique.Vezelay - la basilique.

Vezelay - la basilique.

   Ce sera pour une prochaine fois, après tout le temps ne compte pas. Nous entrons dans la basilique et j’explique à mon petit-fils le jeu des lumières passant par les fenêtres du haut aux solstices d’été (un alignement dans la travée centrale) et d’hiver (l’éclairage des chapiteaux en haut des colonnes). Un peu d’architecture mêlant roman et gothique, le remplissage des colonnes pour porter le son, et c’est la descente dans la célèbre crypte. Quelques instants de repos et de silence. Yohan me dit être impressionné.

 

  Puis, c’est le retour vers la sortie car cela va bientôt fermer. En passant, deux femmes nous arrêtent ayant envie de parler du pèlerinage. Nous faisons tamponner notre crédentiale lorsque, au moment de sortir, un énorme orage de pluie s’abat sur Vézelay. Poussée par le vent, l’eau pénètre par la porte de la collégiale. Nous attendons l’accalmie pour sortir. Nous en profitons pour acheter deux médailles, l’une pour Yohan, la seconde pour ma chérie.

   Avec ce temps, il n’est pas question de continuer la visite. D’autant que Yohan est fatigué, et qu’il ne pense vraiment qu’à une chose, aller dormir.

   Nous rejoignons notre lieu de repos, l’auberge de jeunesse qui se trouve au camping, en dehors de la cité.

   Que dire de cette première étape ? Nous n’étions pas dans les meilleures conditions pour commencer notre cheminement. Pluie, froid, erreur de parcours… La totale quoi ! Je me dis en moi-même que je suis peut-être en train de dégoûter le gamin. Je n’ose pas trop m’en ouvrir à lui pour l’instant, de peur qu’il me demande de revenir à la maison. Si cela devait être le cas, après tout, pourquoi pas, je souhaite que cela vienne de lui. 

   Après un repas de pâtes et d’œufs, nous allons nous coucher après une partie de cartes.

   À demain... Yohan et Alain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pelerin 04/01/2014 19:10


La porte close de l'eglise d'Asquins n'est pas du tout un manque de respect ou d'esprit fraternel mais simplement pour éviter les vols et dégradations. L'église est souvent ouverte les jours
d'été mais vous pouvez également demander l'ouverture á la mairie ou chez le maire, ou en téléphonant au numéro indiqué sur le panneau d'affichage. Vous pourrez la visiter et  obtenir le
précieux coup de tampon.

Pelerin 04/01/2014 19:09


La porte close de l'eglise d'Asquins n'est pas du tout un manque de respect ou d'esprit fraternel mais simplement pour éviter les vols et dégradations. L'église est souvent ouverte les jours
d'été mais vous pouvez également demander l'ouverture á la mairie ou chez le maire, ou en téléphonant au numéro indiqué sur le panneau d'affichage. Vous pourrez la visiter et  obtenir le
précieux coup de tampon.

Pelerin 04/01/2014 19:08


La porte close de l'eglise d'Asquins n'est pas du
tout un manque de respect ou d'esprit fraternel mais simplement pour éviter les vols et dégradations. L'église est souvent ouverte les jours d'été mais vous pouvez également demander l'ouverture
á la mairie ou chez le maire, ou en téléphonant au numéro indiqué sur le panneau d'affichage. Vous pourrez la visiter et  obtenir le précieux coup de tampon.