Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Escravitude - Tonnelle de vigne de nuit
Escravitude - Tonnelle de vigne de nuit

Pour ma dernière nuit sur le Chemin, j’ai passé une bonne nuit. Vers sept heures, le tenancier m’a préparé un bon petit-déjeuner. Je ne le prends pas seul puisqu'un pèlerin italien qui a dû arriver tard est présent dans la salle de restaurant. Nous échangeons un peu et décidons de marcher ensemble. Il me dit avoir parcouru plus de quarante kilomètres hier, et qu’il a hâte d’arriver à Santiago pour prendre son avion. C’est également mon cas, mais j’ai prévu un peu plus de temps que lui.

Borne jacquaire.
Borne jacquaire.

Il nous reste dix-sept kilomètres à parcourir pour atteindre la Cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle où sont conservées les reliques de l’Apôtre.

Nous prenons la route alors qu’il fait encore nuit, et qu’il pleuviote un peu. Il est donc nécessaire de faire très attention aux marques pour éviter de s’égarer d’autant que le circuit, pour éviter la grande route, est assez sinueux. La lampe frontale est indispensable, je l’ai peu utilisée cette année. Nous passons d’hameau en hameau. Picarana, Faramello jusqu’à Teo. Le gite de pèlerin n’est pas éclairé et silencieux. Se situant à douze kilomètres de Santiago, il semble fermé.

Vers Faramello - un chemin forestier.
Vers Faramello - un chemin forestier.

Mon compagnon de route, considérant peut-être que je ne marche pas assez vite a accéléré son pas. Je l’ai laissé partir avec un petit signe. Je le vois maintenant marcher au loin d’un pas rapide. Pas de problème, il a ses raisons, et je les comprends. Quant à moi, comme nous sommes le 9 septembre, et que j’ai mon avion deux jours plus tard, j’ai le temps de musarder pour parcourir mes derniers kilomètres. J’ai en moi des sentiments contradictoires puisque bientôt, tout sera fini pour cette année. J’ai à la fois envie de serrer ma femme, mes enfants et mes petits-enfants dans mes bras. Et puis, en même temps, je suis tellement bien sur le Chemin.

Milladoiro : Capilla de Santa Maria Magdalena
Milladoiro : Capilla de Santa Maria Magdalena

J’entame maintenant une montée qui va durer plus de six kilomètres qui va me mener à Milladoiro. Près d’A Grela, je passe à côté de la borne jacquaire indiquant Pk. 6,740.

A Milladoiro, je m’arrête à la Capilla de Santa Maria Magdalena. J’y suis accueilli par une femme qui tente de m’expliquer l’histoire de cette chapelle. En vain, elle ne parle qu’en espagnol et je ne comprends que des bribes.

En allant vers Santiago. En allant vers Santiago.
En allant vers Santiago. En allant vers Santiago.

En allant vers Santiago.

Santiago au loin.
Santiago au loin.

Par des chemins de forêt, peu à peu, je me rapproche de Santiago. Il est toujours étonnant de voir de la si belle verdure si proche d’une grande ville. Dans un chemin boueux, défoncé, des ouvriers s’affairent autour de moult machines de chantier. De grands travaux…

Il y a de plus en plus de petites maisons classiques de banlieue comme on peut le voir en France. Je passe une ligne de chemin de fer. Cela monte, descend, les petites routes font place à des rues plus larges, plus fréquentées par les automobiles. Cette entrée traditionnelle de ville n’a rien à voir avec l’entrée moderne de Santiago lorsque l’on vient de Monte Gozo lorsque en provenance du Camino Frances.

Santiago : Hôpital.
Santiago : Hôpital.

Je passe maintenant devant un grand établissement hospitalier. Les gens sont indifférents, marchant tête baissée et marchant d’un pas rapide vers leurs occupations. Ils voient depuis longtemps tant de pèlerins que ceux-ci sont noyés dans leur quotidien. On retrouve là le monde profane dans lequel je serais de nouveau inséré dans quelques jours.

Santiago : recherche hospitaliers.
Santiago : recherche hospitaliers.

Peu à peu, je me dirige vers la Cathédrale, vers la Plaza del Obradoiro. Je ne peux entrer avec le sac, donc je reviendrai demain. Je vais au Bureau des pèlerins chercher ma seconde Compostella de l’année. Ce n’est pas un trophée, simplement un certificat comme quoi j’ai fait ce Chemin portugais. Et quand je serai vieux, …

Santiago : bureau des pélezrins.
Santiago : bureau des pélezrins.

Je vais passer deux nuits au Seminario Menor. Ce grand gite de 177 places domine la ville. Et puis, après la messe du pèlerin du 10 septembre, je vais me balader. En fait, m’ennuyer car rester à Santiago n’est plus pour moi important. Ce n’est qu’une étape dans ma vie me permettant de continuer à grandir. J’ai regretté en fait de ne pas avoir pris le bus pour aller me baigner en bord de mer cette dernière journée.

Santiago : la grève des agriculteurs - comme dans beaucoup de pays. Le retour à la réalité.

Santiago : la grève des agriculteurs - comme dans beaucoup de pays. Le retour à la réalité.

Lavacolla - Mon avion vers Genève.
Lavacolla - Mon avion vers Genève.

Le lendemain 11 septembre, j’ai pris mon avion Easyjet pour Genève à l’aéroport de Lavacolla. Ensuite, un covoiturage (dont je suis fervent) pour Dijon. Mon épouse et sa maman, Clémence, m’ont préparé un repas de choix préparé avec amour.

Maintenant, il va falloir se réadapter rapidement : les cours de management, les audiences aux Prud’hommes, les réunions symboliques, les copains… Sans oublier bien sûr l’amour de mes trois enfants et sept petits-enfants. Bref, une vie active.

C’est fini pour cette année et les 2 587 km parcourus. A l’année prochaine.

A suivre. Alain dit Bourguignon la Passion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AmiGilbertAhuy 28/05/2016 18:51

Buen Camino et hasta luego amigo !
Gilbert

Alain Lequien dit Bourguignon La Passion 27/05/2016 20:59

A bientôt. Alaïn

AmiGilbertAhuy 24/05/2016 19:33

Bonsoir Alain !
Je suis très absent en ce moment... Ardèche, Espagne... et nous repartons bientôt... je n'ai malheureusement pas assez de temps pour lire ton topo de ce beau Camino... mais nous ne bougerons pas cet été de Dijon... j'aurais donc le temps et le loisir de lire toutes tes étapes...car j'adore lire les étapes commentées par mes frères de route, avec toutes les anecdotes vécues sur ces grands chemins...
Alors, à bientôt Alain,
Amitiés,
Gilbert d'Ahuy