Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Alain Lequien dit Bourguignon La Passion

Le lever est un peu difficile après cette nouvelle nuit sous la tente. En mangeant un morceau, je me dis que la journée sera peut-être sur la voie romaine que j’ai choisi de suivre si le soleil tape fort.

   En effet, hier soir, j’ai étudié les parcours s’offrant à moi. Il y a le tracé du GR145, celui de la Francigena passant notamment par Vitry-le-François qui n’a rien d’historique, et nettement plus long en faisant un détour. Il est cependant plus fourni en logements. En contrepartie, la voie historique dite Vallée de la Coole, suit une voie romaine passant par le village éponyme. Contacté, un habitant de ce village acceptant de me recevoir, je choisis cette seconde solution plus solitaire.  

J’ai un peu de mal à rejoindre Compertrix situé sur la rive gauche de la Marne et du canal, un petit village bien propret situé sur une des collines surplombant Châlons. Les jolies maisons s’alignent les unes à côté des autres avec leurs petits jardinets.

   Me dirigeant vers Coolus, un village de 200 habitants, je croise une belle petite chapelle construite en 1873 par les châtelains du lieu, en remplacement de celle édifiée au 5e siècle à la mémoire de Saint Gibrien, un moine irlandais venu évangéliser la région et où il vécut en ermite.

Je traverse rapidement le petit village arrosé par la Coole, un affluent de la Marne, qui va être mon point de repère sur cette partie du chemin. J’entreprends ensuite le parcours sur un long chemin de terre blanche parallèle à une ligne de chemin de fer un peu à l’abandon. Le soleil tape fort, et pas le moindre arbre. Cela me rappelle des souvenirs espagnols.

Tranquillement, j’arrive à Nuisement où je me repose un peu. Des cyclistes locaux m’indiquent que je me suis trompé de route à Coolus, et que la voie romaine était plus sur ma droite. Ils me déconseillent de la rejoindre : « C’est devenu une route asphaltée sans intérêt. Avec les travaux agricoles, vous risquez d’être embêté. » Ils me conseillent de rejoindre le bord de la Cooole et de le suivre en passant par Saint-Quentin et Cernon. Il me donne en prime de l’eau bien fraîche. Super-sympas.

 Je suis leur conseil, et dix minutes plus tard, me voilà sur un petit sentier ombragé, bien arboré. Ouf ! cela fait du bien de ne pas avoir trop de soleil. Cet état dura quelques kilomètres jusqu’à ce que le sentier soit barré et devenu inaccessible (branchages, épines…). Je passe par la bordure d’un champ proche, mais ce que je ne savais pas, c’est que je m’éloignais de la rivière. Me voilà perdu.

Heureusement, le GPS me permet de trouver un chemin de traverse m’amenant à Coupétz. Un jeune paysan du cru me propose de l’eau et même, m’amène un grand verre avec des glaçons. Super.    

   Je n’ai pas d’autre choix que de suivre la route, arrivant à Faux-Vésigneul. À la sortie de ce village, mon accueillante m’indique qu’elle vient au-devant de moi étant elle-même marcheuse. Nous nous rejoignons à mi-chemin, et faisons les deux derniers kilomètres ensemble. L’occasion de faire connaissance. Un grand merci qui prouve un grand engagement.

Je fais connaissance de son mari. Leur accès numérique étant en panne, le dépanneur est là ce qui retarde un peu nos échanges. J’ai tout le temps pour me poser, prendre la douche et me reposer un peu sur un lit douillet. À son départ, nous dînons autour d’un copieux repas et de nombreux échanges. Souhaitant conserver l’anonymat de mes accueillants voulant rester discrets, je ne mets sur ce blog ni prénoms ni clichés.  

   La journée fut chaude, 33°, le lit confortable fait que Morphée me tendit ses bras réparateurs. Bonne nuit, les grands…    

   À demain… Alain dit Bourguignon la Passion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article